Avertir le modérateur

21/09/2011

Lectures, 2

Et une nouvelle salve de 3 ! J'avais prévu de mettre en ligne tous mes avis de lecture en septembre, mais je ne sais pas si je pourrai. Dans le pire des cas, vous les aurez, mais pas forcément ce mois-ci, parce que je suis engagée dans le 5ème round contre ma fac (l'administration et moi, grande histoire d'amour. Aussi organisées l'une que l'autre... bref)

Pour la petite histoire, je rentre la semaine prochaine. Promis, je donnerai des nouvelles du tome 2 au prochain post :) L'avantage, c'est que j'ai pu préparer la trame du 3 grâce à lui. L'ennui (enfin... ennui, je suis ravie, moi!) c'est qu'il se passe plein de choses, et que je vais avoir du boulot. Donc je suis en train de bosser sur le synopsis, j'ai la jolie carte de mon monde là, face à moi, et je n'ai qu'une envie, retourner en Edrilion dès que possible...  

Mais, en attendant, je me balade dans plein d'autres mondes, et ça c'est chouette aussi! Place aux titres :

 

 

 

livre-la-derniere-fleche-692.jpg

 

 La dernière flèche, Jérôme Noirez

 

Angleterre, avril 1212.

Diane de Loxley est une adolescente belle et farouche, au caractère trempé comme l’acier. Ses mots touchent leur cible aussi sûrement qu’une flèche. Rien d’étonnant quand on est la fille de Robin des Bois. Mais il est difficile d’être l’héritière d’une légende, d’un homme meurtri par la mort de son épouse, la célèbre Marianne.

Diane veut de l’action, Londres va la lui fournir. La cité tentaculaire, pleine de bruits et de fureurs, est contrôlée par de ténébreux démons. Afin de les combattre, la fille de Robin devra s’associer avec le séduisant et mystérieux prince des mendiants, et rassembler les anciens compagnons de Sherwood. Sans compter un allié inattendu, l’ennemi intime de son père, le terrible shérif de Nottingham…

 

J’ai eu du mal à écrire mon avis sur ce livre, parce qu’il me laisse assez perplexe.

Le résumé présente parfaitement l’histoire, campe déjà le caractère d’une Diane qui ne va pas nous décevoir… car du caractère, ça oui, elle en a ! Elle a son franc-parler, n’hésite pas à répondre à son père et à dire ce qu’elle pense. Puis commence la découverte d’une Londres fortement médiévale, où piétaille et crasse règnent en maître... ce qui n’est pas sans rebuter notre héroïne qui, tout droit sortie des vertes terres de Loxley, ne se doute pas encore des mésaventures qui l’attendent.

Le livre est très bien écrit, Londres dépeinte de façon vivante. L’autre aspect qui m’a plu, ce sont les personnages : un Robin qui n’a rien perdu de son adresse à l’arc, mais que la mort de Marianne a éteint (et qui se laisse un peu déborder par son adolescente de fille…) Puis les anciens compagnons de Robin : Frère Tuck, Petit Jean, le shérif de Nottingham… Mais on est loin des poncifs. Comme Robin, frère Tuck et Petit Jean sont tombés de leur piédestal (prison pour l’un, misère pour l’autre), à l’inverse du shérif, beaucoup plus humain (entre autres, par sa relation avec Diane et son rôle dans la suite de l’histoire).

Londres a, pour reprendre le terme précédent, tout d’un univers, elle a son ambiance et ses lois propres. Car la face cachée de Londres finit par apparaître… Objectivement, l’apparition du fantastique (Sherwood d’un côté, Londres de l’autre) est préparée depuis les premiers chapitres. J’ai trouvé les idées bonnes, la représentation de Sherwood très évocatrice. Mais, alors que je suivais avec grand plaisir les tribulations de Diane, Trekedeis et les autres personnages, et que j’attendais impatiemment le déclenchement du fantastique… c’est ce même déclenchement qui m’a sortie de l’histoire. J’ai eu comme l’impression de lire deux intrigues accolées, mais mal assorties ensemble. C’est le gros point noir – cela, et le destin de Trekedeis, qui m’a laissée sur ma faim.

Donc, une fracture vers le dernier tiers, que je regrette… Cependant, mon ressenti, pour le coup, est vraiment personnel (ma sœur l’a lu et ça ne l’a pas choquée). Côté écriture et scénario (même si je n'adhère pas à la fin), c'est un roman qui tient bien la route. En tout cas, ça faisait longtemps que je n’avais pas eu cette impression de me balader en plein Moyen-Age (dans une œuvre assez sombre et réaliste pour une œuvre jeunesse, je trouve). Bref, si vous l’avez lu… j’en discuterai avec plaisir. :)

 

97829110.jpg



·         Entrechats

 

Lorsque la dépouille d’un sphinx est retrouvée dans le désert, c’est l’occasion rêvée pour Khephren, jeune étudiant en magibiologie, de percer le mystère de ces animaux que l’on dit proches des anciens dieux.

Mais à l’heure où magie et technologie se côtoient, et parfois s’affrontent, ses découvertes suscitent inquiétude et convoitise. Prêts à tout pour s’emparer les premiers de la puissance des sphinx, Traditionnalistes et Techs font payer à Khephren le lourd tribut du savoir.

Tandis que le braconnage des sphinx prospère, la magie s’amenuise… Surgit alors du désert une aide inespérée : les envoyés des dieux marchent de nouveau parmi les hommes.

 

Ce que je trouve super dans mes lectures du moment, c’est la diversité : c’est le cas, encore une fois, avec ce livre à la très belle couverture…

Vous l’aurez deviné, ce livre-là prend l’Egypte antique comme référence. Le mythe des sphinx, les chats, le désert omniprésent. Cette société est partagée entre Tech (partisans de la technologie, réunis dans des villes, et qui ont remplacé la magie par la science) et Traditionnalistes (partisans d’un mode de vie bannissant la technologie). Puis voilà qu’un sphinx est tué. Or, en le disséquant, Khephren découvre que son cœur est composé d’un énorme diamant. Ce qui, évidemment, suscite les convoitises et met les sphinx, créatures d’origine divine, en grand danger.

L’intrigue est complexe (quoi que très bien ficelée, je n’ai eu aucune difficulté à suivre), donc je ne détaillerai pas davantage. Mais c’est un coup de cœur ! L’univers, toutes les inventions (le passage en Terres noires, surtout, j’ai adoré) les personnages qui quoique nombreux, sont tous attachants à leur manière – oui oui, même les méchants, qu’on suit d’un bout à l’autre, à tel point qu’ils pourraient apparaître comme les héros d’une intrigue qui, néanmoins, a plusieurs tenants. Ce roman est un mélange de fantasy et d’intrigue policière, et un mélange fort réussi. Néanmoins, un point me titille : le titre. Certes les chats, envoyés des dieux, sont des intervenants importants, mais justement, l’intrigue ne se règle pas « entre chats »… Je trouve qu’un titre plus englobant aurait mieux collé au livre. A part ça, une lecture très prenante que je conseille !

 

 

 

 

517bq15mO9L.jpg

 

 

 

 

·         Le Joueur de cartes, Daniel Henocq

 

Edimbourg, hiver 1899. L’un des plus rigoureux que la capitale écossaise ait connu depuis longtemps. Un navire de commerce vient de mouiller l’ancre en plein milieu du port de Leith. Fait étrange, aucun membre de l’équipage ne participe à la manœuvre.

Arthur Conan Doyle, auteur du célèbre Sherlock Holmes, est dépêché à bord par l’amirauté en tant que médecin et expert en maladie infectieuse. Une fois sur le navire, ce qu’il découvre dépasse son entendement.

Allongé sur sa couchette, au seuil de la mort, le capitaine Artimus Fletcher lui confie un terrible secret. A aucun moment il ne devra ôter la bâche qui recouvre l’objet entreposé dans les cales, et en aucun cas tourner la clé qui met en route cette mécanique. Contre l’avis du docteur, l’encombrant est transféré dans une annexe du musée d’Edimbourg. Pour Sophie McLaughlin, fille du conservateur, c’est l’occasion rêvée pour mettre un terme à la longue monotonie des jours d’hiver. Mais sera-t-elle prête à plonger dans un univers où l’imaginaire règne en maître ?

Un roman de fantasy qui mêle l’extravagance d’une Alice aux pays des merveilles aux surprenantes rencontres d’un Magicien d’Oz…

 

Voici un nouveau One-Shot en fantasy : ici point d’Egypte ni de Moyen-Age, mais un univers qu’on explore petit à petit (ou en courant, c’est selon, puisque Sophie a un délai de temps qui s’écoule à toute vitesse) : le Nowhereland. Sophie s’y retrouve propulsée suite au piège tendu par le Joueur de cartes, un mystérieux automate. Sa mission ? Retrouver les 3 cartes dudit Joueur avant la fin du délai. Le souci ? Le Nowhereland en lui-même…

Evidemment, le monde et l’héroïne font référence à Alice (je ne peux pas comparer avec le magicien d’Oz, que je ne connais pas), et on trouve de nombreux clins d’œil : Sophie affronte ce monde étrange, où les normes semblent faussées, avec la même logique qu’Alice. Elle peine à s’adapter et son caractère têtu lui vaut de perdre de précieuses aides. J’ai retrouvé ce même esprit d’Alice in Wonderland dans les dialogues capillotractés (certains sont très drôles, notamment avec la grenouille), et on découvre au fur et à mesure une galerie de personnages hauts en couleur.

Le Nowhereland en lui-même possède cependant son ton propre : poésie et grands espaces, un côté plus verdoyant qui l’ancre résolument en fantasy. L’histoire est très rythmée, les décors se succèdent rapidement, ainsi que les personnages. Néanmoins, je regrette la longueur du début : j’aurais bien aimé que le périple de Sophie commence plus tôt. L’héroïne en elle-même possède un bon sens et une énergie qui lui permettent d’aller au bout de son aventure, mais elle a aussi ses côtés très agaçants… et une fâcheuse tendance à remettre systématiquement en question la logique d’un univers qui n’en a pas. Rhaaaa, ces filles. En pinaillant un peu moins, elle aurait gagné pas mal de temps !

Et justement, j’en arrive à la fin, que je ne peux pas dévoiler, mais qui m’a bien plu. Parce qu’elle est très inattendue, là où je prévoyais un dénouement plus prévisible, dans le genre coup de théâtre, et bien, pas du tout. Et l’autre chose que j’ai aimé, c’est le retournement à la toute fin… qui fait refermer le livre avec un petit sentiment de malaise…

Voilà ! Juste un reproche à faire au sujet du style, qui aurait gagné à s’alléger ici ou là. Trop d’adjectifs, ou de formulations « contournées », m’ont fait sortir de ma lecture à certains moments. (En fait, il s'agit d'une reprise du style du XIXe siècle : ne lisant pas du tout de livres anglais de cette époque, je suis passée à côté) Pour résumerc’est un premier roman agréable à lire, rythmé et très inventif. Amateurs d’étrange et de balades en univers décalé… vous savez ce qu'il vous reste à lire :)

Commentaires

Un grand merci Marie pour cette chronique ;-)
Concernant le style, j'avoue que ça peut sembler déroutant mais j'ai essayé de retrouver volontairement la façon d'écrire (un peu exagérée parfois) du XIX siècle sûrement d'avoir aussi beaucoup travaillé les textes d'auteurs comme Bernard Shaw au théâtre.
Mais c'est surtout le travail du "No sense" qui fut le plus plaisant et le plus difficile à mettre en place.

Un fin déroutante qui annonce un retour en Nowhereland... pour conclure cette histoire.

Biz
A bientôt

Écrit par : Daniel H | 22/09/2011

Merci pour ce nouvel article! ^^ J'avoue que là, aucun des trois livres ne m'attire (en même temps, pour qu'un livre me plaise grâce à la couverture au au résumé... Il faut un véritable coup de coeur --")
Bon, question lecture, en ce moment je suis plongée dans le tome 3 des Hunger Games, qui est absolument fabuleux mais tout le monde s'en fiche ^^

Bisous Marie!

Écrit par : Charlotte | 27/09/2011

coucou marie ! le premier livre m'attire bien . Ou du moin la couverture :) et Charlotte, moi aussi j'ai dévoré les hunger games ! ils sont géniaux . BISES

Écrit par : Rawiwi | 28/09/2011

Ouh, ça faisait longtemps que j'étais plus passée ici, moi...

J'avais hésité à le prendre, la dernière flèche, j'avais peur de tomber sur un truc un peu cliché... Mais ton résumé me fait bien envie. J'essaierai de lire le Joueur de Cartes, en tout cas, ce que tu en dis me met l'eau à la bouche.

Écrit par : Hélène/Eluniel | 12/10/2011

La fleche cassée m'a l'air pas mal du tout... J'aime les histoire basées sur des contes! =D

Et pui je viens d'apprendre l'heritage des Darcer participe aux imaginales! Ça me fera un livre en moins a lire.. ^^
Et, t'inquiete pas je voterai pour toi! :P

Écrit par : Mélina | 22/10/2011

J'avais déjà vu "Entrechats" en librairie et j'avais bien aimé la couverture... Je vais peut-être faire une petite entaille au budget pour Montreuil s'il est toujours dans les rayonnages !

En parlant de Montreuil, seras-tu au Salon du Livre de Montreuil ? Si oui, ou... quand... etc. ^^

Écrit par : Lucille :) | 26/10/2011

Hum hum je viens me frayer une petite place... Je viens de voir que quelque part sur le blog une deuxième Charlotte était venue poster. Bref, ça va être le bazar si on est 2 à avoir le même prénom x) Le problème c'est que je ne sais pas si elle va lire ce message... Sinon si tu lis Charlotte number two, pourrais-tu rajouter un truc derrière ton prénom qu'on puisse s'y reconnaître? Merciiiii!

Je vois que Lucille a eu la même idée que moi :D J'aimerais bien savoir aussi si tu viendras à Montreuil, en tant qu'auteur au juste comme lectrice.
J'espère que le tome 2 sortira bientôt! Sans vouloir être indiscrète ou trop curieuse, c'en est où avec la maison d'édition? Bisous!

Écrit par : Charlotte | 29/10/2011

Daniel : J'avais noté le Nonsense mais pas l'imitation du style du XIXe, alors du coup, je comprends mieux :)

Charlotte : C'est l'avantage de cette PAL, plus je l'avance, plus je trouve que les histoires sont différentes. Et en effet, c'est dur de se faire une idée du livre en se fiant uniquement à la couverture. Mais si tu trouves ton bonheur avec les Hunger Games, c'est l'essentiel! D'ailleurs j'ai cru entendre qu'il y avait une adaptation prévue...

Rawiwi : Pour le coup, la couverture de La dernière flèche correspond bien à l'intrigue... on a toute l'ambiance de Sherwood au coeur de Londres, l'illustration réunit bien les deux aspects. Mais je n'en dis pas plus, sinon, je spoile ;)

Eluniel : Pas de risque pour La dernière flèche, ça ne tombe pas dans les clichés, en ce qui concerne la reprise des personnages, en tout cas. Bonne lecture du Joueur de cartes si tu te laisses tenter!

Melina : Oui, l'Héritage est dans les nominés, c'est super! Pour ma part, je n'ai lu que Fedeylins pour le moment. J'ai de la lecture aussi en perspective :)

Lucille : Je ne sais pas si Entrechats est encore en rayons (je sais que ça tourne vite en librairie, à cause de l'abondance des parutions) mais tu peux le commander sur le site de Voy'el. Oui, je serai présente à Montreuil ! Je donnerai toutes les infos :)

Charlotte : Bienvenue à la Charlotte numéro 2! Peut-être qu'en effet, ce sera mieux de vous différencier, c'est à vous de voir ;) Là encore, infos à venir pour le tome 2. Je suis désolée de vous faire attendre, mais je préfère livrer toutes les informations en même temps que la couverture (mais je peux vous dire qu'elle sera signée Patrice Garcia, l'illustrateur du tome 1 et des Chevaliers d'Emeraude, et qu'accessoirement, elle est très belle...)

Écrit par : Marie Caillet | 30/10/2011

Oui Marie, le film des Hunger Games sort en mars aux Etats-Unis! Grrrrrrr j'ai hâte de voir à quoi ressemblera le tome 2... *Enfin, surtout de le tenir entre mes mains* La couverture du 1 était vraiment sublime, en passant.
J'ai aussi lu le tome 1 des Fedeylins, le tome 2 est encore dans ma bibliothèque... Tu avais rencontré l'auteur lors d'un salon, en plus, si je me souviens bien. *Pfffiu, c'est dingue ça, il y a tellement d'auteurs talentueux maintenant qu'on ne sait plus où donner de la tête...*

Écrit par : Charlotte | 02/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu