Avertir le modérateur

11/04/2014

Salon de Flers

M'en voilà revenue de Flers, qui accueillait, la semaine dernière, la Fête du Livre. Ce furent trois jours bien remplis, dans une petite ville que je ne connaissais pas mais dont la médiathèque est plutôt démentielle, jugez avec le coin lecture d'extérieur : 

SAM_1150.JPG

Nous avons passé la journée du vendredi là-bas, car la Fête du Livre commençait le samedi. Le vendredi était consacré aux rencontres avec les classes. J'en ai profité pour flâner un peu dans la médiathèque, évidemment :-) Coup de coeur pour le lieu : secteur romans, jeunesse, jeux vidéos, cabane pour lire dehors l'été... et exposition de livres pop-up à la finition impressionnante, par Philippe UG qui était aussi sur le salon. 
 

SAM_1147.JPG

 

SAM_1149.JPG

 
Suite à quoi j'ai pris ma boîte à papillons, et m'en suis allée à la rencontre avec les 5e-4e-3e du club de lecture de Flers. Le thème de la Fête du Livre était la métamorphose, ce qui allait donc comme un gant aux Darcer ! Comme souvent lors des rencontres, on a débordé de la trilogie pour parler de ce qu'est un auteur : l'écriture au quotidien, le travail de correction avec l'éditeur qui précède la publication, les divers métiers de l'édition... Tout un monde :-) Et une belle variété de parcours chez les auteurs, ce qui était sympathique car auteurs, auteurs auto-édités et illustrateurs étaient mélangés assez largement. En fantastique/fantasy jeunesse, j'étais avec Marilou Aznar, auteur de la tétralogie Lune Mauve, qui était aussi ma voisine de dédicace. Ça a bien papoté sur le stand ! Côté illustrateurs, j'ai découvert le travail d'Amandine Labarre, qui fait de très jolies illustrations sur le thème de la féerie et de la nature. Il y avait aussi Marion Achard, auteur et artiste de cirque (pas commun !), Patrick Pasque (voisin de droite) qui réalisait des pliages-collages à découper pour faire toutes sortes de figurines, de la voiture à la girafe... 
Et puis des gens bizarres. Habillés tout en noir, l'air très sérieux, arpentant le salon portable à l'oreille...

SAM_1160.JPG

Passage devant le stand...
 
Le mystère reste entier, mais j'ai beaucoup ri !
 
D'habitude, en salon, il y a toujours quelques moments de flottement, mais là, ce fut quasiment du non stop l'après-midi, émaillé de quelques intermèdes : le dragon Madael, ou plutôt sa version réduite, a fait quelques petits décollages vers d'autres cieux dans des mains enfantines (c'est tentant ^^), j'ai rencontré un authentique entomologiste spécialisé dans les papillons de nuit, qui s'est lancé dans la trilogie (comme quoi, tout arrive, j'ai déjà rencontré mon homonyme en salon, la prochaine fois, qu'est-ce que ce sera?) Et un petit passage dans Ouest-France.
 

8812716[1].jpg

 
Voilà, et donc après un week-end prolongé très agréable, la vie reprend son cours ! 
Pour le moment, mes Rumeurs sont en stand-by : je suis en train de me battre (insérez ici la Carmina Burana) pour finir les dossiers et le mémoire en avril, soit 140 bonnes pages.  Et ensuite, je reviens à mon tome 1, auquel je pourrai me consacrer pleinement parce que zut. Mais en attendant, petit rappel des dédicaces à venir :

- 19 avril, à La Librairie L'Antre-Monde (Parisiens, viendez, pour une fois que c'est à Paris !)
- 31 mai à Cultura de Lieusaint (c'est pas loin, c'est pas loin !)
- 14 juin aux Futuriales (C'EST À PARIS ! ^^)
Et d'autres qui se préparent pour la fin d'année, mais on a le temps de voir venir !

24/02/2014

Sortie poche

62973_643857729006875_158366313_n.jpg

 

La vie de Mydria, adolescente insouciante, bascule lorsqu'elle se découvre le Don d'ailes, qui lui permet de se métamorphoser à volonté. Car cet étrange pouvoir n'appartient qu'à une dynastie, les Darcer, les héritiers légitimes du trône d'Edrilion, occupé par le roi usurpateur.

Afin de le reconquérir, la jeune fille se lance dans une incroyable aventure. Aidée par Orest, l'assassin aux obscures motivations, elle plonge au coeur des mystères d'Edrilion, où une antique magie règne sans partage et où tout est possible...


Et voilà ! Ce mois-ci est sorti L'Héritage des Darcer, tome 1, 2 et 3, au complet ! Avec une nouvelle couverture pour le tome 1, de beaux rabats, carte et résumés à l'intérieur... Ce sont de très beaux objets-livres. Je les aime beaucoup, j'espère que vous aussi. Et, une petite précision purement matérielle, mais qui je pense, peut intéresser les petits budgets : l'édition de poche est à 6,60 euros. Voilà, vous savez tout !

Ce qui vous intéresse peut-être aussi, ce sont les dédicaces à venir. Plusieurs sont à prévoir dans les mois qui viennent, et je m'en réjouis, parce que ça me manquait :

- Le 8 mars à la Librairie Plume & Gribouille - Brunoy (Essonne)

- Le 29 mars à la librairie Le Pain de 4 livres - Yerres (Essonne)

- Du 3 au 6 avril, au Salon du livre de Flers - Basse Normandie

- Le 19 avril à la Librairie L'Antre-Monde - Paris 11e

- Le 24 mai au Cultura - Lieusaint (Essonne)

Vous pouvez évidemment venir avec grands formats &/ou poches, et toutes vos questions ! Je réponds d'ailleurs peut-être à certaines dans l'interview que m'a gentiment proposé le blog Des encres sur le papier. J'y parle notamment de la génèse de L'Héritage des Darcer, chose qu'étrangement je ne pense pas avoir évoqué sur ce blog. Oubli réparé ;)

http://des-encres-sur-le-papier.weebly.com/marie-caillet....

 

Et pour le plaisir des yeux, petit zoom sur les couvertures poches :

DARCER_POCHE_T1-1400px.jpg

 

DARCER_POCHE_T2-1400px.jpg

DARCER_POCHE_T3-1400px.jpg

29/01/2014

L'équipement de combat du petit écrivain

Vouloir écrire un roman, c'est une chose. S'y coller au quotidien, c'en est une autre. Il y a les études ou le travail à côté, il y a la vie sociale, les loisirs...

Et puis, il faut bien avouer qu'entre l'Idée tout neuve et le brouillon à corriger, il y a comme une baisse de motivation. Tout ceux qui écrivent ont expérimenté, j'en suis sûre, cette démotivation extrême lors d'une relecture. Lorsqu'on se rend compte que non, dans l'état, ça ne va pas, qu'il faut réécrire, revoir, accoucher de ce roman qui donne décidément du fil à retordre.

J'écris (dans le sens : en y travaillant quotidiennement ou presque) depuis 8 ans. J'ai encore des milliers de choses, d'astuces et de réflexes à apprendre, mais le temps aidant, je commence à trouver mes aides pour avancer. Cela ne rend pas l'écriture en elle-même plus facile, mais tout ce qu'il y a "autour" donne une structure. Quand on a le moral dans les chaussettes, ou simplement pas l'envie de travailler, les sources de distraction se multiplient et on est vite tenté d'abandonner (temporairement, bien sûr. Toujours temporairement ! Sauf que...). 

Alors je me suis fait mes petites armes à moi. Ou mes outils, si vous préférez une métaphore moins agressive (tout dépend de votre degré d'avancement dans votre roman - si vous écrivez bien sûr). Les voici donc. Vous pouvez ne pas être d'accord et fonctionner tout à fait différemment. Vous pouvez tester et me dire si ça vous inspire... ou pas.

Et je serai curieuse de connaître vos "trucs" à vous. :)

 

Un planning d'écriture avec deadline 

Même si ça tombe sous le sens, c'est la règle de base. En fait, vous pouvez en faire deux :

- Le planning global. Mettons 1 an. Vous collez cette deadline sur votre Bureau, dans votre agenda, quelque part où vous la verrez souvent. Elle vous pourrira bien la vie quand vous verrez qu'elle se rapproche. Excellent stimulant. (Note : 2 à 3 mois de retard acceptables. Hors circuit éditoriaux bien sûr, parce que là c'est une autre chanson !)

- Le planning sur le mois. Et là, attention, je vais dire un truc sympa sur Windows 8 : il y a une fonction utile sur ce système (et ne me dites pas "WordPad" ou ça va mal se passer), il s'agit du calendrier mensuel. Vous pouvez y noter vos objectifs, ce que vous voulez faire tel ou tel jour... C'est pratique, plus visuel qu'une liste, et vous pouvez modifier, en fonction de votre progression.

Mais si vous n'avez pas Windows 8, surtout ne pleurez pas (ce sont les utilisateurs de Windows 8 qui pleurent). Ce genre de note existe sur d'autres systèmes, et dans le pire des cas, il est très facile de la créer soi-même sur tableur Excel.


Un check régulier 

Garanti "soutien moral absolu" : reporter toutes les progressions de chapitre sur un fichier qui récapitule l'avancée du roman.

Par exemple, pour le roman actuel, je teste en 4 étapes pour chaque chapitre :

- Le brouillon (premier jet sans relecture),

- La V1 (première correction après relecture critique),

- La V2 (la même en plus pinailleur), 

- La V3 (idem, avec ajout des accents bizarres, des bons tirets de dialogue, bref, la typo en prime), 

- La V4 (où le niveau doit être béton, avec une vérification syntaxique soutenue). 

Bien sûr, le mieux est d'étaler les corrections sur le temps, parce qu'on n'a pas forcément envie de se retaper le même chapitre sur un mois... et le recul aide à cibler les corrections. Mais chacun fait comme il veut.

Je trouve cet outil réconfortant, car il arrive parfois qu'on écrive sans avoir l'impression d'avancer : normal, puisqu'on se casse les dents sur le même passage. Il faut tenir compte des avancées et les noter, car le premier jet n'est rien. L'écriture, c'est de la réécriture. 

 

Un allié sympa (exemple : la bouffe)

Oui bon, ben c'est basique, mais il suffit de regarder mon chat pour voir que ça marche à tous les coups : dégainer les croquettes, c'est encore le meilleur moyen de la faire obéir sans rechigner (sortir du lavabo, par exemple). J'ai donc adapté basiquement à mon propre cas : à côté du PC, plein de thé, et des pommes parce que j'adore les pommes. Et puis du chocolat pour les jours de grandes corrections. Il y a beaucoup de magnésium dans le chocolat, l'idéal pour avoir le moral à bloc et travailler correctement. (Je suis crédible ou pas ?) 

Vous pouvez ajouter le chat précédemment cité, s'il est sorti du lavabo. Et si le clavier de l'ordinateur n'exerce pas trop d'attrait sur lui. Ce qui ferait une sérieuse concurrence au lavabo.

SAM_0715.JPG

"Ecris, ou je fais les yeux." #PottéTime
 

Des pauses régulières

Que vous soyez du matin ou du soir, je pense qu'on tombera d'accord là-dessus : il est impossible de travailler non stop sur un texte. L'écriture demande une concentration tous azimuts. Personnellement, au-delà d'une heure, je bloque. Un quart d'heure de pause, c'est amplement mérité, et nécessaire si vous êtes en panne d'inspiration (une étude ayant prouvé que, pendant que vous faites une autre activité, le cerveau continue à travailler sur votre problème). 

En revanche, il faut se cadrer, réussir à reprendre le travail avec la même concentration. Là, c'est la volonté qui entre en jeu. Comme dans n'importe quelle discipline. Une touche de motivation, une louche d'obstination, je n'ai pas trouvé la méthode miracle. Par contre, ce qui aide, c'est de se fixer un objectif "au jour". Le tout est d'avancer quotidiennement. 

(Mais si vous avez une méthode miracle, je veux bien.)


Une bande-son 

Quand il s'agit d'écriture, mon rapport à la musique est un peu schizophrène. Je n'en écoute jamais quand j'écris le premier jet, parce que j'ai besoin d'être totalement concentrée. En revanche, pour le reste, la musique, c'est systématique. Je pense que c'est parce qu'une musique est malléable. C'est un merveilleux terreau pour l'imaginaire. On peut y transposer des scènes, des personnages, des mondes ! C'est très inspirant de trouver des musiques qui évoquent votre univers. La musique entre dans votre bulle et aide beaucoup à visaliser les choses. 

Personnellement, mes histoires naissent et grandissent en musique. Je vous ferai un petit florilège de la "bande-son" des Darcer, si cela vous intéresse... Pour le moment, je carbure à Wintersun, Rhapsody, Disney, Beltaine, Mika, Woodkid, Enya, Tchaïkovsky, Within Temptation, sans compter toutes les BO de films... bref un bon gros mélange sans la moindre cohésion mais qui m'inspire pour mon projet actuel. 
 

Il y a évidemment beaucoup d'autres astuces, comme : 

- Une session d'ordinateur spéciale "écriture" sans Internet (pour ceux qui ont besoin de travailler loin de la tentation du petit onglet), 
- La fonction Post-it du Bureau d'ordinateur ou un carnet, pour noter les idées "au fil" (mais c'est un autre débat : tout noter, ou laisser le temps trier ?),
- Le classeur "encyclopédie" (si vous écrivez de la fantasy ou de la SF) amoureusement décoré, pour se rappeler l'enthousiasme des débuts,
- Des fichiers d'encouragements/coaching/enguirlandage quand on n'avance pas (la fonction "coup de pied au cul" a ses utilités),
- Des fichiers d'images glanées sur Internet évoquant votre univers ou vos personnages, à regarder en cas de blues pour se rappeler pourquoi et combien vous y tenez, à votre histoire... 
 
Il y a des tas de choses à faire. Des tas d'astuces pour entretenir la motivation, car oui, la motivation et la persévérance s'entretiennent. J'en ai testé beaucoup, j'en ai abandonné certaines, j'en expérimente... Mais finalement, tout ça, c'est comme l'écriture : en mouvement perpétuel. Le tout, c'est de trouver les outils qui vont vous canaliser en ce moment. 

Mais le chocolat sera toujours la valeur sûre.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu