Avertir le modérateur

30/05/2012

Les Imaginales 2012

Un petit article en coup de vent, à la veille des Imaginales. Je suis en train de faire ma valise et je note que la brosse à dents est TOUJOURS le truc qui se planque. Pourquoi ? Où ? Un jour j’étudierai de près la psychologie des brosses à dents.  

Donc demain, je suis là l’après-midi, jusqu’à dimanche ! Il me reste des posters et des cartes, mais plus beaucoup. Ce sera donc les premiers arrivés les premiers servis ;) Je participe également à deux conférences :

Jeudi 31 mai à 18h : La fantasy…

Vendredi 1 juin à 10h : Ecrire de l’imaginaire pour les jeunes.

Je n’oublie pas la fiche sur les Flocons et je vous posterai tout ça à mon retour. Alors bonne fin de semaine à tout le monde, et à bientôt pour les festivaliers ! 

11/05/2012

Alors, comment ?

J’émerge de mes révisions/scribouilles/plans/lectures pour quelques annonces. 


Pour commencer, les Imaginales commencent dans 20 jours. C’est un festival que vous connaissez peut-être. Sinon, vous pouvez toujours faire un tour sur le site qui vous dira tout (et j’aime énormément l’image de cette année) => http://www.imaginales.fr/ 

Ma page auteur est ici (http://www.imaginales.fr/marie-caillet/) et j’y suis présente les quatre jours, enjoy ! :)


Toujours en parlant des Imaginales, les différents prix du festival ont été remis la semaine dernière. L’Héritage des Darcer était nominé dans la catégorie Collège. Alors alors, les gagnants sont ?….

*suspense…*

Pour le Prix Imaginales des Collégiens 2012, c’est Nuit Tatouée (La Peau des rêves) de Charlotte Bousquet qui remporte le prix, suivi par Le dernier hiver de Jean Luc Marcastel. Félicitations à eux ! Et également aux autres finalistes :)

Pour le Prix Imaginales des Lycéens 2012, c’est Le Déchronologue de Stéphane Beauverger qui arrive en première position, suivi par Le Projet Bleiberg de David S. Khara. Un grand bravo à eux aussi !

La remise des Prix se fera pendant le festival. Je salue bien bas l’initiative de faire participer des élèves pour donner ces prix, c’est une bonne façon de montrer que oui, des livres de fantasy de qualité existent, et qu’ils véhiculent les mêmes thèmes que bien d’autres livres plus réalistes, simplement d’une façon différente. Donc bravo :)

 

Pour en revenir à l’écriture, j’ai avancé à un bon rythme, selon mes critères. Le titre se fait un peu désirer mais ce n’est pas grave. S’il ne vient pas, on ira le chercher, non mais. J’ai réussi à relire et corriger la première moitié (la pire, vous savez, celle qu’on relit en traînant les pieds et qui vous met en rogne jusqu’à avoir « fini », parce que ce n’est jamais fini…) et je dois dire que, maintenant que la fin approche, je ne suis plus si pressée de finir, en fait. Je les aime bien, ce royaume et ces personnages, même les têtes à claques et les têtes de cochon. Alors vite, vite, j’utilise ce temps qu’il me reste pour mûrir un scénario qui attend depuis déjà longtemps. Je vous parlerai de la méthode flocon si ça vous intéresse, je l’expérimente et elle est bien. :)

 

Côté lectures, j’ai lu Les Hauts-Conteurs (tome 1 à 3), d’Olivier Peru et Patrick Mc Spare

 

Les Hauts Conteur tome 1.jpg

 

C’est une série jeunesse sympathique, avec des couvertures soignées dont l'assombrissement progressif est en accord avec l’évolution de l’intrigue. Malheureusement, je n’ai pas plus apprécié que ça, même s’il n’est pas exclu que je continue la série quand j’aurai plus de temps. Je crois que le nombre importants de coquilles y est quelque chose. Je comprends tout à fait que certaines arrivent à filtrer, mais j’ai dû en repérer plus d’une dizaine sur chaque tome. Et franchement, c'est une négligence qui gâche beaucoup le plaisir de lecture. La narration relâchée par endroits et les mystères à répétition m’ont aussi refroidie, mais il y a quand même Mathilde. Une Conteuse avec un fort caractère et qui combat à la plume, ça c’est la classe :) Vlad le vampire est aussi à mettre du côté des plus : enfin un vampire qui ne passe pas par la case bad boy, ça change agréablement.

 

Puis Promise, d’Ally Condie

promise-livre-488052 (1).gif

Une dystopie qui met en scène Cassia, jeune fille vivant dans une société extrêmement contraignante et directive. Je trouve la couverture très efficace. C'est ce qui m'a donné l'envie de lire le livre, ça et les premières pages, très accrocheuses. Ca me rappelle Le Passeur, de Lois Lowry, on retrouve cette même codification extrême de la société qui traite les gens comme des machines (à tel âge vous mourez/vous aurez ça comme métier/ vous porterez ça comme habit). Et la même impression de... froideur. Société aseptisée, ça se ressent dans le style, les pensées de l'héroïne, passive et lobotomisée au départ, qui finit par "se poser des questions", exactement ce que les Officiels ne veulent pas. 

C'est bien écrit, dans le genre très méthodique et objectif. Et en même temps, ça met mal à l'aise. Je crois que ça tient aux personnages. En-dehors de l'inévitable triangle amoureux, je les ai trouvés assez lointains, aucun n’a réussi à me toucher. Très robotiques en fin de compte. Je pense toutefois lire la suite, la fin promet une évolution assez radicale de l’héroïne…

 

Les rivières de Londres, de Ben Aaronovitch.

 

51Djl2xUxtL._SL500_AA300_.jpg

Peter Grant, qui travaille dans la police londonienne, se retrouve dans une branche méconnue de ladite police, qui s'occupe des affaires relatives aux créatures surnaturelles/revenants. 
Ca peut faire penser à A comme Association, mais c'est plus sombre, plus gore et on évite les clichés (par exemple les vampires sont plus ternes qu'attirants) et j'aime bien le héros, un personnage calme et intègre, qui n'a pas l'air d'une flèche au premier abord, mais qui surprend agréablement quand on avance dans l'histoire. C’est le premier tome d’une série qui reprendra le principe d’une magie expliquée rationnellement (Newton est l’inventeur de ses règles de bases). C’est un bon mélange fantastique/policier.  

 

Puis Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

 

terrienne.jpg

Et là… Insérez moult cœurs. C’est un auteur que j’ai découvert au collège grâce à La rivière à l’envers (lisez ce livre, honnêtement. C’est 190 pages de pur bonheur, de poésie et d’imagination), et je vais me contenter de vous mettre le résumé, parce que je n’ai pas envie de vous dévoiler ce monde dans un avis. Vous perdriez une grande part de la surprise :)

Tout commence sur une route de campagne…

Après avoir reçu un message de sa sœur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et… passe de « l’autre côté ». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa sœur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu’au bout, au péril de sa vie.

Et se découvrira elle-même : Terrienne.

Vous ne respirerez plus jamais de la même manière.

 

 

Et je terminerai ce post avec deux petites choses. La première, c’est une réponse à une question qui revient très souvent, à savoir : alors, comment dit-on « Darcer » ? 

Bon, la prononciation des personnages, je ne suis pas du tout pointilleuse là-dessus (j’ai eu droit à des « Maï » pour My, et si les intéressés passent ici, ils se reconnaîtront direct, hein :p) et d’autres petites choses rigolotes, après tout le lecteur est roi.

Mais là, c’est le titre, et j'ai mal dans mon petit coeur quand j'entends des "Darcé" ou "darcewr" à l'anglaise. Alors : on prononce Darcer en prononcant toutes les lettres. Phonétiquement, ça vous donne quelque chose comme « dard-serre ».

Et pour terminer sur une note de couleur, voici une photo qu’une lectrice, Charlotte, m’a envoyée en dédicace pour My. Magnifique, non ? 

562429_330099017049416_114723531920300_922856_1855330905_n.jpg

  

29/03/2012

Bondue

La semaine dernière s’est déroulé le salon du livre de Bondue. Bondue, pour situer, c’est dans le Nord, pas loin de Lille. Je suis lilloise de naissance, j’ai vécu toute mon enfance là-bas, et je n’y suis pas retournée depuis douze ans. Imaginez donc mon bonheur de retourner dans la région. En plus, en sortant du train, il faisait beau ! Non pas qu’il fasse toujours moche à Lille, mais bon, au mois de mars, c’était une belle surprise.

C’était un week-end très agréable, je dirais même épique. En vrac, je peux citer : le mec du TGV coiffé d’un serre-tête à oreilles de lapin rose (ne cherchez plus le lapin du métro parisien : il est à Lille, maintenant), les poules de Bondue qui, je ne sais pas pourquoi, vivent dans les ARBRES, une dame charmante de Bondue avec qui j’ai discuté samedi, qui a vécu dans ma ville, et a enseigné dans mon ancien collège… Hallucinant ! Je citerais aussi l’armure dans les toilettes du restaurant, samedi soir. Petite surprise en sortant. ^^

Puis bien sûr, il y a eu les lecteurs, où les gens qui ne connaissaient pas le livre. Je suis toujours contente quand les gens viennent parler, poser des questions. L’auteur derrière son stand, croyez-moi, ne mange pas les gens et est même ravi de papoter :)

Et la bonne surprise fut le dimanche matin, avec l’édition de la Voix du Nord, le principal quotidien de la région. Il y avait un article sur le salon et, signe printanier :

 

ScannedImage-2 (7).jpg


Et puis je mets également le lien vers le blog Histoires de pages. Vous pouvez y trouver la chronique du tome 1, et aussi une interview avec des questions inédites :-)

Bonne lecture !

http://histoire-de-pages.blogspot.fr/2012/03/interview-ma...


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu